Maître Serge Bueb
Maître Serge Bueb Avocat
Avocat en Droit Pénal
Avocat en droit pénal
Avocat en Droit Pénal des Affaires
Avocat en droit pénal des affaires
Avocat en Droit de la Famille
Avocat en droit de la famille
Avocat en Droit Commercial
Avocat en droit commercial
Avocat en Droit de la Route
Avocat en droit de la route
Maître Serge Bueb
Avocat

Excès de vitesse en voiture de société ou de location

Lorsque vous commettez un excès de vitesse à bord d'une voiture de société ou de location, de deux choses l'une : ou bien les forces de l'ordre interceptent votre véhicule et les choses sont simples, ou bien le véhicule n'est pas intercepté et les choses deviennent complexes. En cas d'absence d'interception, il convient de distinguer l'excès de vitesse commis à bord d'une voiture de société de celui commis avec une voiture de location.

Excès de vitesse avec interception du véhicule

Le véhicule en excès de vitesse est intercepté. Son conducteur est alors verbalisé car il est identifié. Il devra répondre personnellement de ses actes, même si le véhicule ne lui appartient pas, qu'il s'agisse d'une voiture de société ou de location.
C'est l'application de l'article L 121-1 du Code de la route qui dispose : « Le conducteur d'un véhicule est responsable pénalement des infractions commises par lui dans la conduite dudit véhicule »

Excès de vitesse en voiture de société

Lorsque l'excès de vitesse est constaté mais que le véhicule de société n'est pas intercepté, l'article L 121-6 du Code de la route fait obligation au représentant légal de la personne morale qui en est propriétaire ou qui le détient (leasing) de désigner le conducteur personne physique qui a commis l'infraction, que ce dernier soit salarié ou non. Le but poursuivi par la loi, en obligeant le dirigeant à dénoncer le conducteur, est d'obtenir le retrait des points du permis de ce dernier.
L'avis de contravention doit être adressé au représentant légal de la personne morale et non à la société : l'envoi à la société est illégal. A réception de l'avis de contravention, le dirigeant a 45 jours à partir de la date figurant en haut à gauche de l'avis pour indiquer à l'administration les nom, prénom, adresse postale, numéro de permis de la personne désignée ainsi que la date de sa délivrance. A défaut pour le dirigeant de désigner dans ce délai, il reçoit un autre avis de contravention pour non-désignation et il encourt une amende de la 4ème classe, soit 675 € (amende forfaitaire) ou 450 € s'il paie dans les 15 jours de l'avis de contravention (ou dans les 30 jours en cas de paiement dématérialisé) ou 1875 € (amende majorée) s'il paie hors délai.
Il arrive que l'administration envoie l'avis de contravention pour non-désignation à la société elle-même et non à son représentant légal car la loi multiplie le montant des amendes infligées aux personnes morales par 5. Cette pratique est illégale car seul le représentant de la personne morale a l'obligation de désigner le conducteur et lui seul peut donc être sanctionné pour ne pas l'avoir fait.
Parfois, des représentants de personne morale ayant commis l'excès de vitesse paient l'amende et se disent de bonne foi qu'ils reconnaissent ainsi avoir commis l'infraction et qu'ils n'ont donc pas besoin de se désigner. Le Défenseur des Droits a attiré l'attention de l'administration sur ce point et celle-ci en a tenu compte et a modifié les avis de contravention afin d'attirer l'attention : si vous êtes le représentant légal de la personne morale propriétaire ou détentrice du véhicule ayant été flashé, et que c'est vous qui avez commis l'excès de vitesse, vous devez vous désigner.
Mais si vous êtes profession libérale, artisan ou auto-entrepreneur et que vous exercez en nom propre et non pas en société, l'obligation de désignation ne s'applique pas à vous car elle ne s'adresse qu'au représentant légal d'une personne morale. Si vous recevez malgré tout un avis de contravention pour non-désignation, vous pouvez former un recours en exonération et solliciter votre relaxe.
Finalement, lorsque vous êtes dirigeant d'une personne morale, vous avez intérêt à désigner le conducteur si vous le connaissez, à moins que vous ne préfériez payer les deux amendes, celle pour excès de vitesse et celle pour non-désignation. Si vous désignez le conducteur, qu'il soit salarié ou non, celui-ci va recevoir un avis de contravention et il pourra le contester. Vous pourrez lui établir une attestation qui indiquerait qu'il est l'utilisateur attitré du véhicule mais qu'il n'est pas le seul à s'en servir de sorte qu'il peut y avoir un doute sur l'identité du conducteur.

Excès de vitesse en voiture de location

Lorsque vous louez un véhicule, vous devez indiquer et justifier l'identité du ou des conducteurs qui sera indiquée sur le contrat.
Si vous êtes flashé par un radar automatique et que vous n'êtes donc pas intercepté, le titulaire de la carte grise, donc le loueur, va recevoir un avis de contravention pour excès de vitesse. Le loueur va vous désigner comme étant le conducteur et envoyer votre contrat de location à l'administration. Puis, vous allez recevoir un avis de contravention pour excès de vitesse, que vous pourrez contester en indiquant que vous n'êtes pas le conducteur (le contrat de location ne constitue par la preuve que vous êtes le conducteur) : si l'administration ne peut pas rapporter la preuve que vous êtes le conducteur, vous devrez payer l'amende mais vous ne subirez aucune perte de points.
Si vous n'êtes pas le conducteur mais que vous le connaissez, vous avez l'obligation de le désigner (Cour de Cassation 17 Octobre 2012 n° 12-82.231) et dans ce cas, vous ne paierez pas l'amende. En effet, par application des articles L 121-3 alinéa 4 et L 121-2 alinéa 1er du Code de la route, le locataire d'un véhicule est redevable pécuniairement de l'amende encourue pour les contraventions à la réglementation sur les vitesses maximales autorisées à moins qu'il n'établisse l'existence d'un évènement de force majeure ou qu'il fournisse des renseignements permettant d'identifier l'auteur véritable de l'infraction.